Campagne de France, 1814

Artiste(s) : MEISSONIER Ernest
Partager
Campagne de France, 1814

Ernest Meissonier est connu pour ses peintures aux sujets militaires et fait école très tôt pour son souci du détail et de la véracité des uniformes.

L’un de ses tableaux les plus célèbres, 1814, la campagne de France, renouvelle le genre de la peinture de guerre grâce au choix de sujets moins centrés sur la représentation de l’action et des combatsque sur les personnages et les émotions dépeintes. En illustrant le repli de l’Empereur sur Soissons après la perte de la bataille de Laon (9/10 mars) dans un tableau de dimensions modestes, 76.5 cm de haut pour 51.5 cm de large, le peintre resserre l’intensité dramatique de cet épisode de la campagne. Il transforme la traditionnelle représentation d’une armée en mouvement, ici sur la diagonale du tableau, et lui donne une profondeur intime et humaine : l’Empereur bientôt déchu fait littéralement corps avec ses hommes, de l’état-major – Ney, Berthier, Flahaut, devant ; derrière Ney, Drouot, et Gourgaud à sa gauche – au dernier des soldats indistincts sur la longue file qui bouche horizon et point de fuite de la peinture. Les couleurs d’un dégel salissant, en écho au ciel bas et menaçant, achèvent cette atmosphère lourde. Le point de vue du spectateur devient ainsi celui de l’historien a posteriori, l’homme des années 1860 : perçue depuis le bas côté d’un chemin boueux, la campagne de France semble déjà sans issue positive possible.

Exécutée pour le cinquantenaire de la date qu’elle commémore, cette toile est exposée aussitôt au Salon des artistes français de 1864. Son succès est tel qu’elle est exposée à nouveau pour l’Exposition universelle de Paris de 1867. La même année, Ernest Meissonier, officier de la Légion d’honneur depuis 1856, est fait commandeur de l’éminente distinction.
La célébrité de 1814, la campagne de France est tellement immédiate que la toile est acquise juste après l’Exposition universelle de 1867 puis finit entre les mains d’Alfred Chauchard, grand collectionneur français de la fin du XIXe s. À sa mort en 1909, Alfred Chauchard, « Ami du Louvre » historique parmi d’autres grandes fortunes sous la IIIe République, lèguera au musée national de nombreuses oeuvres, parmi lesquelles cet illustre tableau de Meissonier, aujourd’hui exposé au musée d’Orsay.

Retrouvez le commentaire de Juliette Glickman, agrégée et docteur en histoire, sur ce chef d’oeuvre de la peinture napoléonienne.

Date :
1864
Technique :
Peinture à l'huile, bois
Dimensions :
H = 51.5 cm, L = 76.5 cm
Lieux de conservation :
Musée d'Orsay, Paris
Crédits :
© H. Lewandowski, RMN
Partager