Eugène de Beauharnais, fils et vice-roi de Napoléon

Auteur(s) : KERAUTRET Michel
Partager

Comme le souligne l’historien Michel Kerautret, peu comme Eugène de Beauharnais auront accompagné Napoléon aussi longtemps et auront été aussi proches de lui. S’il apparaît vivre dans l’ombre portée de l’Empereur, Eugène mérite un éclairage sans parti pris sur son rôle auprès de Napoléon, les défis qu’il a su relever sur les champs de bataille comme en devenant vice-roi d’Italie : c’est enfin le cas grâce à cette biographie déjà indispensable. (Irène Delage)

Eugène de Beauharnais, fils et vice-roi de Napoléon
© Tallandier 2021

La présentation de l’éditeur
Héros méconnu de l’épopée napoléonienne, Eugène de Beauharnais (1781-1824) est né du premier mariage de l’impératrice Joséphine avec le général de Beauharnais, guillotiné sous la Terreur. Fils adoptif de Napoléon, vice-roi d’Italie, chef d’armée, prince allemand, il occupe une place centrale et originale dans l’univers impérial.
La rencontre de sa mère avec Bonaparte détermine son existence. Napoléon voue à Eugène une grande affection, l’éduque, le forme à la guerre et à la politique, le marie à la fille du roi de Bavière et l’adopte solennellement en 1806. Il le prépare à lui succéder en lui déléguant le gouvernement de l’Italie comme vice-roi et en lui confiant des armées. Eugène fait alors ses preuves et paraît appelé à gouverner un jour l’Empire ou à en assurer la régence pour le roi de Rome. Le destin en décida autrement après le divorce de Napoléon, son remariage avec Marie-Louise et la naissance de l’Aiglon.
Eugène de Beauharnais fut le seul de la famille impériale à répondre parfaitement à l’idéal napoléonien de fusion sociale et d’intégration européenne. Très populaire, il laisse une image associant le sérieux de l’homme d’État en Italie et la bravoure du soldat français en Russie, à la gaieté, la jeunesse, l’amour aussi, très romanesque, avec sa jeune épouse. Sa descendance nombreuse a fait d’Eugène l’ancêtre de presque tous les souverains européens.

Lire un extrait sur le site l’éditeur.

Lire l’interview de l’auteur pour napoleon.org : « La relation de Napoléon avec Eugène est unique. Napoléon avait la fibre paternelle, mais il n’a pu le manifester dans la durée qu’avec Eugène. »

L’auteur
Ancien élève de l’ENS de la rue d’Ulm, Michel Kerautret a dirigé le service des comptes rendus de l’Assemblée nationale. Ses travaux historiques portent principalement sur les relations franco-prussiennes aux XVIIIe et XIXe siècles, ainsi que sur les relations internationales à l’époque de Napoléon. Il a notamment publié une Histoire de la Prusse (2005, rééd. 2010, Seuil), Un crime d’État sous l’Empire. L’affaire Palm (2016, Vendémiaire éditions / Fondation Napoléon) et trois volumes sur les grands traités diplomatiques du Consulat et de l’Empire (Nouveau Monde éditions / Fondation Napoléon). Il a également codirigé trois volumes de la Correspondance générale de Napoléon Bonaparte (2008, 2009 et 2010 ; Fayard / Fondation Napoléon).

Table des matières
Un bon jeune homme
– Une famille sous l’Ancien Régime
– Le nom du père (1786-1795)
– L’élève de Bonaparte (1795-1799)
– Le « gros benêt » (1800-1805)
Le vice-roi d’Italie
– Une nouvelle Italie
– Le métier de roi
Le soldat
– Gloire et désillusions (1809-1811)
– Bravoure et fermeté (1812-1813)
– Honneur et fidélité (1813-1814)
Le prince bavarois
– Une transition douloureuse (1814-1817)
– Une fin douce-amère (1717-1824)
Eugène après Eugène
– La mémoire d’Eugène
Annexes
– Généalogies
– La descendance d’Eugène
– Lieux de mémoire
– Chronologie
Index, table des cartes

Cet ouvrage est publié sous le label « 2021 Année Napoléon ».

 

 

Année de publication :
2021
Lieu et maison d'édition :
Paris, Tallandier
Nombre de pages :
397 p.
Pour commander :
avec notre libraire partenaire, la librairie Fontaine Haussmann ou le site PlaceDesLibraires.fr.
Partager