Le palais d’Orsay. Une autre histoire du XIXe siècle

Auteur(s) : LEWANDOWSKI Hélène
Partager

L’histoire du palais d’Orsay comme fil rouge de cette synthèse d' »une autre histoire du XIXe siècle », est une réelle réussite. La conception de l’édifice, la discontinuité du chantier, les changements d’attribution (ministère des Affaires étrangères, palais de l’Industrie, chambre des députés, Conseil d’État), sont révélateurs de l’évolution des projets urbains et architecturaux des différents régimes, eux-mêmes soumis aux mutations politique, économique et sociale, voire esthétique.
Car, lancé en 1808 sur la rive gauche dont il doit encourager le développement (68% de la population parisienne habite la rive droite), le chantier s’avère sans fin, malmené par les événements politiques intérieurs (changements de régime) et extérieurs (évolution des priorités en raison de conflits, mobilisation des finances), et les discussions budgétaires qui agitent régulièrement les débats des chambres. Au fil du temps, le style retenu sous l’Empire ne sera plus au goût de jour, suscitant de nouvelles discussions.

Un petit ouvrage par le nombre de pages (250), mais dont l’axe d’études et les réflexions qui sont développées en font bien plus qu’une synthèse pour embrasser l’histoire de l’urbanisme parisien au XIXe siècle et ses problématiques. (Irène Delage)

Le palais d’Orsay. Une autre histoire du XIXe siècle
© Passés/Composée 2020

L’autrice
Historienne de l’architecture, Hélène Lewandowski consacre ses recherches à l’histoire de Paris au XIXe siècle. Elle est notamment l’autrice d’un premier livre remarqué, La face cachée de la Commune (Cerf éditions, 2018).

Note de l’éditeur
L’incroyable histoire du palais d’Orsay commence en 1808, quand Napoléon décide de faire construire un bâtiment sur-mesure pour son ministère des Relations extérieures. Bientôt les guerres engloutissent les budgets et, à la chute de l’Empire, les murs ne s’élèvent que de quelques mètres. Délaissé sous la Restauration, l’édifice est sauvé par la monarchie de Juillet et devient le siège du Conseil d’État et de la Cour des comptes. En mai 1871, les incendies de la Commune contrarient à nouveau son destin. Sa restauration semble possible, mais les tergiversations de la IIIe République le condamnent à des décennies de ruines. En 1898, il laisse place à la gare d’Orsay, ancêtre du musée que nous visitons aujourd’hui.

Hélène Lewandowski peint à fresque la première histoire de ce symbole d’un temps où démesure rimait avec politique. Elle raconte comment le palais d’Orsay, objet d’admiration et de critiques des plus grands écrivains, Victor Hugo, Émile Zola ou encore Théophile Gautier, rencontre les rêves de Napoléon, les ambitions de Louis-Philippe, les faiblesses de la IIIe République et se confond avec l’histoire du passionnant et chaotique XIXe siècle.

Table des matières
Prologue

Chapitre 1. Le rêve de Napoléon (1808-1815)
Paris capitale de l’Empire
Faubourg Saint-Germain, face aux Tuileries
La valse-hésitation de l’Empereur
« Effacer la gloire d’Athènes et de l’Italie »

Chapitre 2. Vingt-cinq ans d’incertitude (1815-1840)
Rupture et continuité
Un chantier encombrant
Le roi « bâtisseur »
La loi de 1833
Un palais de la justice administrative

Chapitre 3. Du palais aux ruines (1840-1871)
Querelles de style
Un palais italien sur la Seine
L’incendie du 23 mai 1871
La beauté de l’architecture « cuite »

Chapitre 4. Des ruines à la gare (1871-1898)
Députés provinciaux et « irrésolution parlementaire »
Cahier iconographique
Instabilité ministérielle et bourgeoisie parisienne
Cour des comptes contre Arts décoratifs
Conflits d’intérêts et duels d’architectes

Chapitre 5. Dernière destination
Convergence d’intérêts
La victoire de l’utile sur la beauté ?
Un palais pour une gare
« Le progrès écrase toujours quelqu’un »

Épilogue
Chronologie
Notes
Bibliographie
Remerciements

Palais d’Orsay quelques jours après l’incendie du 23 mai 1871, photo de A.J. Liébert
© Joyce F. Menschel Photography Library Fund, 2007 / MET museum
voir l’image en grand https://www.metmuseum.org/art/collection/search/288894
Année de publication :
2020
Lieu et maison d'édition :
Paris, Passés/Composés
Nombre de pages :
250 p. Iconographies couleur, chronologie, bibliographie et notes.
Pour commander :
grâce à notre partenaire la Librairie Fontaine Haussmann et aux sites ParisLibrairies.fr et  PlaceDesLibraires.fr.
Partager