Toilette de mariage de l’Impératrice Eugénie

Le 30 janvier 1853, l'Empereur Napoléon III épousait, en Notre-Dame de Paris, une aristocrate espagnole : Eugénie de Guzman (plus connue sous le nom de Montijo).
 

Pour la cérémonie, elle porte une robe de velours* blanc uni, faite à longue queue ; la jupe toute couverte de volants de magnifique dentelle* d'un point d'Angleterre et non d'Alençon pour s'assortir au voile qui n'a point été trouvé en point d'Alençon. L'impératrice, elle-même louera la dextérité des nombreuses couturières qui se sont affairées, aussi bien à la machine qu'à la main, sur cette toilette extravagante.
 
Le corsage à basquines* est couvert sur le devant d'épis de diamants posés comme brandebourgs*.
 
Son voile tombe sur les épaules et est attaché sur la tête par une petite couronne de fleurs d'oranger ; un diadème aux merveilleux saphirs, avec le tour de peigne, fait une coiffure. « L'Impératrice portait alors les cheveux relevés sur le front, et cette gracieuse manière, qui convenait si bien à son visage, devint au bout de peu de jours la coiffure généralement à la mode ».
 
« Le livre de mariage de l'Impératrice était recouvert en velours blanc orné de ciselures en argent. on voit d'un côté, l'aigle surmontée d'une couronne impériale et, de l'autre, les initiales de sa Majesté, chargées également de la couronne. »
 

Emmanuelle Papot (juillet 2009)
 


Les termes avec * sont définis dans notre lexique de la mode

Source

- Octave Uzanne, Les modes de Paris, Paris, Société française d'éditions d'art, 1898.
 
- Magazins des demoiselles, janvier 1853.