Histoire politique > « Légitimités napoléoniennes et proclamation de l’Empire » et « Le régime napoléonien était-il un État de droit ? »

Au lycée
Révolution / Consulat / 1er Empire
Partager

Ces deux articles analysent l’origine du régime impérial de Napoléon Ier ainsi que les principes qui le régissent.

Histoire politique > « Légitimités napoléoniennes et proclamation de l’Empire » et « Le régime napoléonien était-il un État de droit ? »
Napoléon Ier reçoit à Saint-Cloud le sénatus-consulte, 18 mai 1804, par Georges Rouget (1783 -1869)
© RMN GP Château de Versailles

Légitimités napoléoniennes et proclamation de l’Empire, par Thierry Lentz, article sur napoleon.org
Le 18 mai 1804, le Sénat conservateur proclamait que le gouvernement de la République était confié à un Empereur et que Napoléon Bonaparte devenait Empereur des Français sous le nom de Napoléon 1er. Quelle était, au regard des principes politiques de l’époque, la légitimité de cet Empire ? Même si, en politique, les faits commandent, Napoléon ne put éviter d’avoir à répondre à cette question.

Le régime napoléonien était-il un État de droit ?, par Thierry Lentz, article sur napoleon.org
Dans les dernières décennies, on a quasiment abandonné l’étude des constitutions napoléoniennes, au nom de l’idée que ces textes n’étaient, nous dit-on, que le paravent du pouvoir personnel. C’est ainsi que les essais historiques comme les manuels de droit constitutionnel d’aujourd’hui, contrairement à ceux du XIXe et du début du XXe siècles, se limitent, lorsqu’il s’agit de décrire les règles de fonctionnement du gouvernement napoléonien, à des considérations générales ou à de brèves analyses mettant en exergue « l’absolutisme » ou le « césarisme » du régime. Selon les historiens du droit contemporains, « les institutions napoléoniennes [n’auraient] jamais acquis une véritable réalité » et les règles constitutionnelles du Consulat et de l’Empire auraient été « assez factice[s] ».

mise en ligne 02 décembre 2019

Partager