+
10 ans
Jeunes
historiens

Le Panthéon

Partager

Au XVIIIe siècle, sous l’Ancien Régime, ce monument est une église, l’église Sainte-Geneviève. Puis sous la Révolution française, elle devient un monument laïc, c’est-à-dire non religieux : elle doit abriter les tombeaux de personnalités qui ont beaucoup fait pour la France, et devient le Panthéon*. En 1791, le corps du philosophe Voltaire est le premier à être placé dans la crypte sous l’église. Napoléon entreprend de grands travaux pour mettre en valeur et consolider le monument. Sous son règne 42 personnes sont enterrées avec les honneurs au Panthéon.

*Pourquoi le Panthéon ? C’était un temple dédié par les Grecs et les Romains, à leurs dieux. Au fil des siècles, la définition change, le panthéon n’est plus un monument religieux, il peut accueillir les corps de personnalités importantes d’un pays ou d’une famille royale.

Voyons en détail l’histoire et le rôle de cet édifice imposant.

Une église, puis un panthéon, puis à la fois une église et un panthéon… une histoire pas si simple !

L’église Sainte-Geneviève a été construite sur les ruines d’une ancienne église, dans les années 1750, durant le règne de Louis XV. Le célèbre architecte Jacques-Germain Soufflot (1713-1780) réalise un projet très ambitieux, avec une coupole de plus de 83 mètres de haut !

Le Panthéon, vue en coupe © Fondation Napoléon / I. Delage

 

Puis survient la Révolution française en 1789. La monarchie est abolie et la République proclamée. Une Constitution civile du clergé réorganise le culte religieux en fondant une nouvelle Église (l’Église constitutionnelle) qui dépend de la République et non plus du Pape. En 1790, l’église Sainte-Geneviève devient un monument laïc, c’est-à-dire non religieux : elle doit abriter les tombeaux de personnalités qui ont beaucoup fait pour la France, et devient un Panthéon. Sur la façade, une formule est inscrite : « Aux Grands Hommes, la Patrie reconnaissante ». Le Panthéon est un lieu de recueillement des citoyens et d’hommage de toute la nation envers ceux qui ont défendu la Patrie et les valeurs républicaines de  Liberté, d’Égalité et de Fraternité. En 1791, le corps du philosophe Voltaire est le premier à être placé dans la crypte, pour mettre en valeur son rôle d’écrivain et de penseur.

Peu après son arrivée au pouvoir en 1799, Napoléon tente de renouer des relations avec la Papauté. Il veut rétablir la pratique de la religion catholique, car les Français ne se sont jamais habitués à l’Église constitutionnelle imposée sous la Révolution. Un accord est signé entre Napoléon et le Pape en 1802.
C’est ainsi que le Panthéon devient un lieu à double fonction : l’église redevient un lieu de culte catholique, et la crypte reste laïque : une sorte de « deux en un » !

 

Intérieur du Panthéon, Paris © Wikimedia Commons / JP Lavoie, 2005

Petit rappel chronologique simplifié :

  • Napoléon Bonaparte a régné de 1799 à 1815, il a été Empereur de 1804 à 1815 : retrouve la vidéo qui explique les grandes dates du règne de Napoléon sur notre chaîne YouTube ;
  • Son neveu Louis-Napoléon Bonaparte a été président de la IIe République de 1848 à 1852 (on l’appelait le Prince-Président), puis l’Empereur Napoléon III de 1852 à 1870.

Des travaux commandés par Napoléon Ier

Pour mettre en valeur le monument, la place devant est élargie. Et des travaux de maçonnerie sont entrepris pour consolider le bâtiment, et renforcer les piliers qui supportent cette coupole si haute.

Des décorations sont commandées aux plus grands artistes de l’époque : Jean-Antoine Gros est chargé d’orner la coupole avec une peinture célébrant l’Empereur Napoléon Ier (comme elle est inachevée à la chute de Napoléon en 1814, elle doit être modifiée pour glorifier le nouveau roi, Louis XVIII). Le peintre François Gérard est l’auteur des peintures évoquant la Gloire, la Mort, la Patrie et la Justice sur les piliers centraux.

Un escalier est construit à l’arrière du monument, afin d’accéder à la crypte sans passer par l’intérieur de l’église.

Le Panthéon sous le Premier Empire

Pas moins de 42 personnalités sont enterrées dans la crypte pendant le Premier Empire. Ce sont des ministres, des militaires, des hommes politiques, des juristes et des magistrats, des entrepreneurs et des financiers, des artistes. En 1806, la crypte accueille la première personnalité de l’Empire, l’avocat François Tronchet qui a participé à la rédaction du Code civil. En 1810, le corps du maréchal Jean Lannes est transféré au Panthéon, sauf son cœur qui est enterré au cimetière de Montmartre dans une sépulture familiale. Lannes est le seul maréchal de Napoléon à reposer au Panthéon.

Dès 1810, des visites publiques de la crypte sont organisées. Il faut imaginer une série de galeries, avec de chaque côté des caveaux : ce sont des petites salles, dans lesquelles sont déposés un ou plusieurs sarcophages en pierre. À l’intérieur, est placé un cercueil avec le corps de la personnalité, parfois le cercueil est vide : il s’agit surtout de rendre hommage à la personne en associant son nom au Panthéon.

Le Panthéon, lieu d’expérimentation scientifique : le pendule de Foucault en 1851

De mars à décembre 1851, le physicien français Léon Foucault installe sous la coupole un immense pendule : il veut montrer l’existence du mouvement de la Terre.
Le pendule mesure 67 mètres et porte une boule de métal de 28 kilogrammes. Une fois lancé, ce pendule oscille mais ne revient pas précisément à son point de départ, il ne passe jamais au même endroit : c’est cette déviation qui confirme que la Terre tourne sur elle-même.
Le pendule a été réinstallé en 1995.

Le pendule de Foucault installé au Panthéon © Wikimedia Commons, Arnaud-25, 2008

Le Panthéon aujourd’hui : une nécropole

En 1873, de grandes fresques qui racontent l’Histoire de France et des épisodes religieux sont commandées : histoire de Clovis, de Charlemagne, de Louis IX dit Saint Louis, mais aussi de Jeanne d’Arc ; l’histoire de Sainte Geneviève, la sainte patronne de Paris.

En 1902, c’est le peintre Édouard Detaille qui est chargé de réaliser une grande peinture sur les batailles napoléoniennes, dénommée La chevauchée de la Gloire.

En 2018, 78 personnalités ont une sépulture (parfois vide comme on l’a vu) au Panthéon. C’est le Président de la République qui décide quelle personnalité peut entrer au Panthéon. Cela peut se faire très longtemps après la mort de la personnalité : ainsi c’est en 1995 que le couple de scientifiques Pierre et Marie Curie (lui est mort en 1906, elle en 1934) entrent au Panthéon.

Enfin, de très nombreuses personnalités ont leur nom inscrit, soit au sol, soit sur un mur, comme par exemple les écrivains morts pendant la Première Guerre mondiale (1914-1918) et pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945).

Aujourd’hui, le Panthéon est exclusivement une nécropole* et n’est plus un lieu de culte religieux. Il accueille souvent des expositions.

* Une nécropole est un lieu rassemblant plusieurs sépultures et tombes, loin d’un lieu de culte.

 

Irène Delage, août 2018

Partager