+
10 ans
Jeunes
historiens

Les Salons sous Napoléon Ier

Partager

Qu’est-ce qu’un Salon ?

Le Salon est une exposition des œuvres qui sont approuvées officiellement au nom du monarque français par l’académie de peinture et sculpture. L’académie a été créée sous la régence d’Anne d’Autriche (1601-1666), la mère de Louis XIV (1638-1715), pour réglementer l’enseignement et la vente des peintures et sculptures. Cette institution prendra par la suite le nom d’académie des Beaux-Arts et continue tout au long du XIXe s. à organiser les Salons.
Ces expositions ont lieu régulièrement à Paris au Louvre, demeure royale qui n’est plus habitée par le souverain depuis le règne de Louis XIV et qui abrite désormais l’académie ainsi que des logements de peintres.
Le Salon sert à mettre en concurrence les artistes. Il permet aussi de montrer à toute l’Europe la richesse des talents qui se trouvent en France.
Les peintures et les sculptures reflètent souvent les événements politiques et sociaux du pays.

Avant Napoléon

Le premier salon a lieu en 1666 sous l’impulsion de Jean-Baptiste Colbert (1619-1683), le ministre des finances de Louis XIV. Sous l’Ancien Régime, le Salon dépend beaucoup du goût du roi et de la cour. Après la Révolution française, en 1789, le Salon est influencé par l’envie de liberté qui circule dans la société française depuis l’abolition des privilèges. Ainsi, en 1791, il devient accessible gratuitement au public et les Parisiens s’y précipitent en masse. En revanche, cette liberté est limitée pour les peintres et les sculpteurs : un jury d’admission choisit quelles œuvres peuvent être exposées et écarte par la censure celles qui ne répondent pas à son goût. En 1795, l’académie dote le Salon de deux nouvelles catégories en plus de la peinture et de la sculpture pour mieux rendre compte des arts existant et mieux organiser l’exposition : l’architecture et la gravure sont désormais représenté au Salon. En 1799, un premier concours de clôture du Salon, avec remise de médailles, est instauré.

Le Salon au service du Premier Consul puis de l’Empereur

Après le coup d’État du 18 brumaire de l’an VIII (9 novembre 1800) qui marque l’arrivée de Bonaparte à la fonction de Premier Consul, le Salon accompagne la naissance du mythe napoléonien.
Par exemple, Antoine-François Callet (1741-1823) présente au Salon de 1800 une allégorie du allégorie du XVIII brumaire. Une allégorie est une représentation concrète d’une idée abstraite : ici, la France, sauvée par Napoléon, est représentée par une femme.

Antoine-François Callet - Allégorie du XVIII brumaire
Antoine-François Callet – Allégorie du XVIII brumaire

Bonaparte veut réconcilier les émigrés nobles et les révolutionnaires. Le thème de l’exil est alors mis à la mode pendant ce même Salon de 1800, comme le montre le tableau du Retour de Marcus Sextus. Pierre-Narcisse Guérin (1774-1833) y raconte l’histoire d’un Romain, père de famille : Marcus Sextus.  Après avoir fui la guerre civile, le romain rentre chez lui pour découvrir, accablé, sa femme morte et sa fille éplorée. À travers cette évocation, le peintre évoque le retour des royalistes qui avaient fui la France au moment de la Révolution et qui de retour en France découvrent un pays métamorphosé où leurs biens ne leur appartiennent plus.

Pierre-Narcisse Guérin - Retour de Marcus Sextus
Pierre-Narcisse Guérin – Retour de Marcus Sextus

Le Premier consul devient Empereur le 18 mai 1804 et le Salon se déroule deux fois par an à partir de cette date.
Le nombre d’œuvres accueillies augmente considérablement sous l’Empire. Les scènes de bataille de la Grande Armée, Napoléon à sa tête, ainsi que les portraits des autres membres de la famille Bonaparte font  désormais du Salon une vitrine de communication de l’Empire.

Quelques œuvres majeures

De nouveaux noms d’artistes se font remarquer dès septembre 1804. Parmi eux, Antoine Jean Gros, avec son Bonaparte, général en chef de l’armée d’Orient, au moment où il touche une tumeur pestilentielle en visitant l’hôpital de Jaffa. Ce tableau reflète l’importance du culte de l’Empereur : Napoléon y est figuré en roi thaumaturge (un roi qui fait des miracles) comme l’étaient les rois d’Ancien Régime qui tiraient leur pouvoir de Dieu.

Antoine-Jean Gros Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa
Antoine-Jean Gros Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa

En 1806, Napoléon lui-même inaugure le Salon, preuve de son importance politique à ses yeux. Le portrait de Sa majesté l’Empereur sur son trône de Jean Auguste Dominique Ingres est une des pièces maîtresses du Salon cette année-là.

Jean Auguste Dominique Ingres - Napoléon sur le trône impérial
Jean Auguste Dominique Ingres – Napoléon sur le trône impérial

En 1808, le Sacre de l’Empereur de Jacques Louis David immortalise à son tour Napoléon et fait sensation. Exposé au Salon carré du Louvre, ce tableau monumental correspond à l’apogée de l’Empire, y compris par la peinture.

Jacques Louis David - Le sacre de Napoléon Ier
Jacques Louis David – Le sacre de Napoléon Ier

Deux derniers Salons en 1810 et 1812 auront encore lieu sous le règne de Napoléon Ier. Ils sont organisés par Dominique Vivant Denon alors directeur général du musée Napoléon, ancêtre du musée du Louvre.
La fin du Premier Empire en 1815 change peu le principe du Salon, même si les peintres les plus engagés auprès de Napoléon sont écartés, ou s’abstiennent, ou s’exilent.

 Marie de Bruchard, février 2017

Partager