La découverte du manuscrit du Mémorial de Sainte-Hélène. Le manuscrit original retrouvé : trois questions à Peter Hicks (octobre 2017)

Partager

À l’occasion de la publication du manuscrit originel du Mémorial de Las Cases, découverte et commentée par quatre chercheurs de la Fondation Napoléon, Thierry Lentz, Peter Hicks, François Houdecek, Chantal Prévot, retrouvez les réponses à trois brèves questions que nous leur avons posées, chacun dans son domaine d’expertise.

Propos recueillis en octobre 2017

© Fondation Napoléon/ R. Young

Napoleon.org : Comme avez-vous trouvé le manuscrit ?

Peter Hicks : Cette « découverte » remonte à 2004 alors que je poursuivais des recherches à la British Library (Londres) sur Hudson Lowe pour l’article homonyme publié dans le livre dirigé par Thierry Lentz (entre autres) :  Sainte-Hélène, île de mémoire (Fayard, 2005). J’ai communiqué le fruit de mes travaux à Thierry en lui faisant remarquer les quatre volumes manuscrits du Mémorial. Après un petit travail autour de l’histoire de la publication de l’œuvre de Las Cases, on s’est rendu compte que personne n’en parlait…

Napoleon.org : Et pourtant il se trouvait dans une bibliothèque publique de renommée internationale ?

Peter Hicks : Les quatre volumes manuscrits se cachaient parmi les papiers de la famille Bathurst jusqu’en 1923 quand la Commission pour les manuscrits britanniques, organisme chargé de faire l’inventaire des papiers en mains privées, publia un rapport sur la collection des Bathurst. Dès lors tout chercheur anglophone pouvait en connaitre l’existence. Les papiers de la famille Bathurst furent versés à la British Library en 1965, mettant ainsi le texte à la disposition d’un public plus large. Malgré l’utilisation ponctuelle du manuscrit, son existence n’était connue que de quelques happy few

Napoleon.org : Avez–vous une explication ?

Peter Hicks : Ce n’est que pure supposition. La présence du manuscrit dans les papiers Bathurst ne fut connue du public qu’en 1923, trop tard pour tous les historiens qui avaient célébré à grand renfort de publications les anniversaires du centenaire du Premier Empire et de la mort de l’Empereur. Et n’oublions pas la difficulté de consultation de ces volumes : jusqu’en 1965, il fallait se rendre au château des Lords Bathurst près de la petite ville de Cirencester (dans le comté de Gloucestershire, loin de la capitale britannique) ce qui ne facilitait pas l’affaire. De plus, les archives anglaises ont été pendant longtemps boudées par les chercheurs français. Nous voilà au deuxième centenaire et le manuscrit est en accès (relativement) libre à Londres : CQFD !

Compléments :
Voir une interview de Thierry Lentz sur la copie retrouvée de l’original de Las Cases (durée : 40 min)
Lire une interview de François Houdecek sur L’élaboration du manuscrit du Mémorial de Sainte-Hélène
Lire une interview de Chantal Prévot sur 
L’histoire de la publication du Mémorial de Sainte-Hélène

Partager