Sélection de l’été 2017 : le choix de l’équipe de la Fondation Napoléon

Auteur(s) : EQUIPE DE LA FONDATION NAPOLÉON
Partager

Cette année, notre sélection de livres à lire pendant la période estivale prend un tour personnel, puisqu’il s’agit du palmarès des livres lus et appréciés, ou sur la liste des livres convoités par l’équipe de la Fondation Napoléon. Certains sont parfaits pour le sac de randonnée, d’autres plus adaptés aux soirées d’été chez soi. À vous de choisir !

En cliquant sur les liens, découvrez les textes de présentation des ouvrages et, la plupart du temps, nos avis sur napoleon.org

Les suggestions de Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon

Les suggestions d’Irène Delage, chef du service Documentation et Communication numérique

  • Lecture en vue : Et la modernité fut masculine. La France, les femmes et le pouvoir 1789-1804, d’Éliane Viennot (ed. Perrin, 2017)
    Spécialiste de l’étude des femmes et de leur place sociale du Moyen Âge à nos jours, Éliane Viennot interroge le processus d’éviction des femmes de la scène politique sous la Révolution, le Consulat et le Premier Empire. 
  • Déjà lu et recommandé :  Le brasier, de Nicolas Chadun (ed. Actes Sud)
    Nicolas Chaudun nous offre un récit historique, de grande qualité. L’entreprise, toujours délicate, est ici parfaitement menée, le style et la vigueur du récit s’appuyant sur une rigueur historique sûre.
  • Un classique à (re)lire :  La Semaine Sainte, de Louis Aragon.
    Du 19 au 26 mars 1815, la semaine Sainte, une semaine folle… ce moment historique du chassé-croisé du roi Louis XVIII et de l’Empereur Napoléon, embrassé par un rythme et un style qui nous absorbent jusqu’au point final. Découvrir les premières lignes

Les suggestions de Pierre Branda, chef du service Patrimoine

  • Je suis le gardien du tombeau vide, de Michel Dancoisne-Martineau (Flammarion, 2017)
    Quel voyage que ce livre ! La prose sensible de Michel Martineau nous emporte de la première à la dernière page.
  • Marie-Louise, de Charles-Éloi Vial (ed. Perrin, 2017)
    Dans cette biographie, Charles-Éloi Vial nous livre une Marie-Louise différente, plus attachante, et nous montre comment elle a pu, finalement, jouer sa propre partition parmi les géants de son temps.

Les suggestions de Chantal Prévot, responsable des bibliothèques

  • Art : Jean-Jacques Karpff « Visez au sublime », collectif. Catalogue d’exposition. (ed. Hazan, 2017)
    Une découverte ou re-découverte d’un artiste méconnu.
  • Correspondance : « Les affaires d’Etat sont mes affaires de cœur ». Lettres de Rosalie Jullien, une femme dans la Révolution 1775-1810, présentées par Annie Duprat (ed. Belin, 2016)
    Considérer les soubresauts de la Révolution et le début de l’Empire par les yeux d’une femme très impliquée par les changements politiques, passant de l’espoir à un détachement progressif.
  • Récit/Mémoire : Souvenez-vous du Gelé. Un grognard prisonnier des Russes, d’Yves Gauthier (ed.  Transboréal, 2017)
    On a retrouvé la vraie identité de Nicolas Savin, hussard de Napoléon perdu dans les neiges russes et mort à 126 ans ! La vérité est un peu différente mais encore plus intéressante. Ce livre est écrit par un passionné de la Russie. La première partie est une réécriture des souvenirs de Savin en les remodelant avec plus de rythmes et de sensations, la seconde partie relate la recherche des origines de Savin dans les archives russes et française et se lit comme un enquête policière avec des rebondissements et des fausses-pistes.
  • Paris : Pierre-Simon Girard. ingénieur de Napoléon, d’Yves Laissus (Eyrolles, 2017)
    Biographie de l’ingénieur hydraulique, un ancien de l’Expédition d’Egypte, qui donna de l’eau à Paris sous le Premier Empire. Au-delà de ses activités, c’est tout un pan des embellissements de Paris qui est étudié du point de vue technique, pratique.

Les suggestions de François Houdecek, responsable de l’édition de la Correspondance de Napoléon Ier

Les suggestions d’Élodie Lefort, responsable des collections

La période estivale invite au repos, à la détente. J’aime à me plonger dans des romans historiques ou au contraire en profiter pour lire de grands auteurs. Ainsi, je vous invite à lire ce roman historique Merveilleuses de Catherine Hermary-Vieille (ed. Livre de Poche, 2013). L’auteur nous plonge dans le l’univers de Joséphine avant le début de l’Empire. Avec son amie Thérésia Cabarrus, Joséphine, alors Rose de Beauharnais, incarne le renouveau d’une société après la Terreur. On chante, on danse, on vit. Puis, la Merveilleuse rencontre un sombre général corse, Bonaparte qui l’aime à la folie.  Catherine Hermary-Vieille nous mène aux portes de l’Empire, à travers le destin de ces deux amants.
Côté Second Empire, pourquoi ne pas prendre le temps de relire un classique : Au bonheur des dames d’Émile Zola ? On y retrouve l’ambiance effrénée des premiers grands magasins qui ouvrent à Paris dans la fin du XIXe siècle. Émile Zola nous raconte l’arrivée de Denise dans la capitale, fraîchement débarquée de Valognes. Elle va devoir trouver sa place dans cet univers fabuleux symbole du modernisme.
Pour ma part, je compte me plonger dans une série de romans historiques : Marianne de Juliette Benzoni (ed. Livre de Poche, 2001). Juliette Benzoni nous fait découvrir l’Europe napoléonienne à travers le destin de son héroïne, une jeune femme fière, intrépide mais également passionnée. De Paris à Moscou, les aventures de Marianne nous permettent de suivre Napoléon du sommet de sa gloire jusqu’à la campagne de Russie.

Les suggestions de Rebecca Young, web-éditrice sur napoleon.org/en

Fêtant cette année mes 25 années de vie parisienne, j’ai toujours aimé passer l’été dans cette ville chargée d’histoire(s) qui se vide un peu pendant les mois d’été et permet ainsi d’en profiter plus calmement. J’aimerais aussi revisiter le cimetière de Père-Lachaise (Promenade napoléonienne au Père-Lachaise de Jean Tardy, ed. Vendémiaire, 2017) où je n’ai pas mis les pieds depuis fort longtemps tout en lisant les parcours des personnalités napoléoniens qui y sont enterrés. Je vais aussi profiter des longues journées d’été pour approfondir le bel Atlas de Paris au temps de Napoléon de mes chères collègues Irène et Chantal (ed. Parigramme, 2014).

Les suggestions de Marie de Bruchard, web-éditrice sur napoleon.org/fr

  • Je suis le gardien du tombeau vide, de Michel Dancoisne-Martineau (Flammarion, 2017)
    Quelle autobiographie peut faire voyager plus loin que celle du consul honoraire des Domaines nationaux de Sainte-Hélène ?
  • Les Arenberg. Le gotha à l’heure des nations (1820-1919), de Bertrand Goujon (PUF, 2017)
    Une saga familiale dont les ramifications s’étendent 
    dans toute l’Europe de l’Ouest. Un point de vue éclairant sur les évolutions du XIXe s. et la bascule vers notre monde contemporain.
  • Jean-Jacques Karpff « Visez au sublime », collectif. Catalogue d’exposition. (ed. Hazan, 2017)
    Karpff parvient à distiller chaleur et enjouement en n’utilisant que la palette des gris. Un inventaire magnifique et soigné.
  • Quatre-vingt quinze. La Terreur en procès, de Loris Chavanette (CNRS Éditions, 2017)
    Une chronique politique approfondie, à l’écriture limpide, d’une année pourtant si trouble et complexe que la lumière estivale ne pourra être que lui bénéfique.

Bonnes lectures et bel été 2017 à tous !

Partager