Document > Approche de l’histoire de la photographie, à travers quelques photos emblématiques du Second Empire

À l’école, Au collège, Au lycée
IIe République / 2nd Empire
Partager

La photographie est un invention majeure du XIXe siècle, qui connaît un fort développement sous le Second Empire et bouleverse durablement les arts et la société.

Document > Approche de l’histoire de la photographie, à travers quelques photos emblématiques du Second Empire
Scherzo di Follia (portrait de la comtesse Virginia de Castiglione)
par Pierre-Louis Pierson (vers 1863-1866)
© Metropolitan Museum of Art, New York City, USA

Retrouvez sur napoleon.org des fiches commentées d’oeuvres des plus grands photographes :

Art

– [Paul Nadar et deux membres de l’ambassade Japonaise 1862], par Paul Nadar. En France, la première ambassade nipponne est reçue par l’Empereur Napoléon III au palais des Tuileries le dimanche 13 avril 1862. Le photographe Gaspard-Félix Tournachon, dit Nadar (Tournachon utilise Nadar comme nom de plume pour la première fois en 1838 dans le journal parisien Les papillotes) réalise une série de portraits de ces différents membres les 17 et 18 avril. Dans celui-ci, il met en scène son fils Paul, âgé de 6 ans, dans une oeuvre dont la sobriété, concentrée sur les personnages, est la marque de son art du portrait. (fiche avec deux illustrations complémentaires, zoom et liens Internet)

– Scherzo di Follia (un portrait photographique de la comtesse de Castiglione), entre 1863 et 1866, par Pierre-Louis Pierson. Ce portrait de la comtesse de Castiglione est devenu emblématique de l’histoire de l’art photographique. La personnalité du sujet, « la Castiglione », n’est pas étrangère à l’engouement pour ce cliché qui ne se dément pas dans le temps, ouvrant des interrogations et des interprétations multiples sur la démarche de cette aventure photographique de quarante ans dont il fait partie. Car pendant 40 ans, la comtesse de Castiglione va nourrir sa quête narcissique en se faisant photographier par Pierre-Louis Pierson (1822-1913). (fiche avec 4 illustrations complémentaires, zoom, bibliographie et liens Internet)

Architecture

– 2 vues du palais des Tuileries 1855-1858, par Édouard Baldus. Ces deux photographies d’Édouard Baldus (1813-1889) présentent un triple intérêt : elles permettent d’admirer des bâtiments aujourd’hui disparus, d’évoquer la dernière phase de travaux du Louvre et d’aborder les progrès techniques mis en avant par l’auteur de ces clichés. Elles sont issues des collections de la Fondation Napoléon.

Portrait politique

– Louis-Napoléon Bonaparte en Prince-Président, 1852, par Gustave Le Gray. Sollicité à partir de 1852 pour des commandes officielles, Gustave Le Gray (1820-1884) va ainsi photographier le Prince-Président dans sa marche vers l’Empire. L’œuvre présentée ici (une épreuve sur papier salé à partir d’un négatif papier, technique qui permet la reproduction) va en devenir le premier portrait officiel : compensant la simplicité de son habit bourgeois, le futur Empereur prend la pose, assis bien droit, offrant ainsi l’image d’un homme affirmé. La photographie a sans doute été prise au Palais des Tuileries, où le Prince-Président s’installe en janvier 1852. (fiche avec illustrations complémentaires, zoom, et liens vers dossiers)

Famille impériale, portraits

– L’impératrice Eugénie en prière, 1856, par Gustave Le Gray. Durant l’été 1856, le photographe Gustave Le Gray (1820-1884) réalise, au palais de Saint-Cloud, plusieurs portraits de l’Impératrice Eugénie, devenue maman du Prince impérial quelques mois plus tôt, le 16 mars. Ils devaient permettre au peintre Thomas Couture (1815-1879) de réaliser la commande impériale d’une mise en scène, grand format, du baptême de l’héritier du trône napoléonien, sans imposer de longues heures de pose à l’Impératrice. Le photographe offre un portrait d’une rare intimité. (fiche avec 5 illustrations complémentaires, et zoom) 

– Le Prince impérial sur son poney, posant pour le photographe, vers 1859, par l’atelier Mayer Frères et Pierson. Une photo issue des collections de la Fondation Napoléon. (lien pour zoomer)

– La princesse Clotilde et son fils Victor Napoléon, 1863, par Disdéri. Une photo issue des collections de la Fondation Napoléon.

– Le comte Émilien de Nieuwerkerke (1811-1892), intendant des Beaux-arts (1853), chambellan honoraire de l’Empereur (1859), 1861, par Léon Crémière. Chargé de photographier les membres de la Maison de l’Empereur, le photographe Léon Crémière (1831-1913) nous livre ici un magnifique portrait d’apparat d’une personnalité essentielle de la vie artistique du Second Empire, Émilien de Nieuwerkerke, alors intendant des musées impériaux depuis 1853. Un portrait classique, sinon le regard très expressif de Nieuwerkerke : un jeu de comédien ? Une photo issue des collections de la Fondation Napoléon. (fiche avec 2 illustrations complémentaires, et liens vers des recueils de photographies).

mise en ligne 13 septembre 2019

Partager